Accueil > Sommaires > Can Min Vol. 18, pp.77-84 (1980)




Vol. 18, pp. 77-84 (1980)



La tétranatrolite du mont Saint-Hilaire, Québec


T. T. Chen* et George Y. Chao
Département de Géologie, université Carleton,
Ottawa , Ontario K1S  5B6


SOMMAIRE

          Tétranatrolite est un synoyme de "natrolite tétragonale", nom sous lequel un minéral fut décrit par Anderson et al. (1969) qui l'avaient trouvé à Ilimaussaq, (Gröenland). Ce minéral est un constituant très répandu dans les dykes pegmatitiques et dans les cavités miarolitiques de la syénite à néphéline du mont St-Hilaire, dans la province de Québec. Il se présente le plus communément sous forme d'enduits épitactiques sur cristaux de natrolite ou de petits cristaux idiomorphes ou encore d'agrégats de fibres soyeux sur natrolite, analcime ou microcline. Moins souvent, on le trouve en taches terreuses irrégulières sur natrolite ou analcime. C'est un minéral blanc, translucide à opaque d'éclat vitreux à terne, dont la dureté n'a pu être déterminée et où nul clivage n'a été décelé. Il est facilement soluble dans 1:1 HCl, difficilement dans 1:1 HNO3 et à peine attaquée par 1:1 H2SO4.  Optiquement, il est uniaxe positif, avec w 1.481 et e 1.496.   Les clichés de cristal unique révèlent sa symétrie tétragonale, I42d or I41md,
a 13.098(2), c 6.635(2) Å.  Pour une densité mesurée de 2.276, on trouve
Z = 4, d'où la densité calculée de 2.234.  Les raies les plus intenses du diagramme de poudre sont les suivantes:

6.549 (5)(200)
5.912 (4)(101)
4.635 (4)(220)
4.387 (5)(211)

4.143 (4)(310)
3.189 (5)(321)
2.867 (10)(411)
2.438 (4)(431)

1.816 (4) (640,413)
1.721 (4)(730)

    L'analyse à la microsonde électronique donne:

SiO2 46.9
TiO2 0.06
Al2O3 25.6
CaO 1.48

MgO n.d.
FeO 0.11
Na2O 14.0
K2O 1.12

H2O+ 9.59
(ATG jusqu'à 1000°C)
H2O- 1.31
(ATG jusqu'à 135° C)
Total 100.18%
(en poids)


     Cette analyse donne la formule (Na1.75Co0.10K0.09)Fe0.01Al1.95Si3.0210 · 2.06H2O or, ideally Na2Al2Si3O10 · 2H2O.

     La courbe d'ATG montre une faible perte de poids entre la température ambiante et 135°C et une perte de poids plus forte de 135 et 435°C.  Le spectre infrarouge indique un désordre (Si,Al).  La tétranatrolite subit une décomposition hydrothermale en néphéline et analcime (445°C, 1.0 kbar), ou en analcime seulement (330°C, 0.5 kbar). A 265°C et sous 0.5 kbar, on n'observe aucun changement.  Ce minéral provient de la déshydratation d'un hydrate supérieur.

Mots clés:  tétranatrolite, St-Hilaire, Québec, natrolite, pegmatite, enduit épitactique, désordre, Si, Al, syénite néphélinique.


© 1980  The Canadian Mineralogist