Accueil > Sommaires > Can Min Vol. 16, pp. 561-566 (1978)




Vol. 16, pp. 561-566 (1978)



La montérégianite,
un nouveau minéral silicate hydraté
de sodium potassium yttrium
du mont Saint-Hilaire, Québec


George Y. Chao
Département de Géologie, université Carleton,
Ottawa , Ontario K1S  5B6


SOMMAIRE

     La montérégianite, espèce nouvelle, se présente en cristaux aciculaires formant des agrégats fibroradiés ou en groupes de cristaux tabulaires dans les cavités miarolitiques, inclusions métamorphisées et brèches rhéomorphiques de la syénite néphélinique du mont St-Hilaire, Québec. Elle appartient au groupe Bmab ou B2ab, avec maille a 14.014 (4), b 23.910 (5), c 13.096 (2) Å.  et au pseudo-groupe Pmmb, P2mb or Pm2b, avec pseudo-maille bien marquée: a' = a/2, b' = b, c' = c/2. Les huit raies les plus intenses du cliché de poudre sont les suivantes:

12.00 (100)(020)
7.03 (100)(200)
6.55 (40)(002)
6.02 (50)(220,040)

4.42 (100)(042)
3.405 (50)(062)
3.026 (50)(034,440)
2.873 (80)(044)


     Les cristaux sont d'ordinaire incolores, blancs ou gis, rarement mauves ou d'un vert pâle, à rayure blanche et éclat vitreux à soyeux. Longs de 0,05 à 3 mm, montrant la combinaison {010}, {001} et {100}, ils sont parfois tronqués par {101}.  Trois clivages:  {010} parfait, {001} très bon et {100} distinct.  Dureté 3½.  Les cristaux sont facilement attaqués par 1:1 HCl, HNO3 et H2SO4.  La montérégianite est optiquement positive, a 1.510 (1),
b 1.513 (1), g 1.517 (1), 2V mes. 87°, calc. 82°, dispersion à peine observable; orientation X = c,Y = a, Z = b.  Une analyse donne:

SiO2 60.30
Al2O3 0.50
Y2O3 11.97
   (par microsonde)
CaO 0.65



MgO 0.15
BaO 0.35
MnO n.d.
FeO n.d.


Na2O 9.14
K2O 5.36
H2O 11.40
   (thermogravimétrie jusqu'à 1000°C)
total 99.82% (poids)




     ce qui correspond à (Na4.66K1.80) (Y1.68Ca0.18Mg0.06Ba0.04)


(Si15.87All0.16) O38 · 10.02H2O or (Na,K)6 Y2Si16O38 · 10 H2O.


     Z = 4, D(mes.) 2.42, (calc.) 2.391 g/cm3.  Trois stades de déhydratation, à 25-80, 80-200, et 200-400° C, sont décélés par ATG et TGD. L'eau est zéolitique, et récupérable après chauffage jusqu'à 650° C.  Les spectres infrarouges confirment la présence de l'eau.


© 1978  The Canadian Mineralogist